Déchets dans le gave

Beaucens, 2 ans après la première crue

Alerte plastique

Le gave de Pau est dévasté par plastique, un constat triste, mais malheureusement réaliste…

La première vague de déchets est arrivée en octobre 2012 suite à une crue violente qui a arraché les protections de la décharge de Beaucens (65). Un an après, « faute de mieux », la décharge était toujours dans le même état. En juin 2013, la solution numéro 4 a été mise en place: gestion des déchets par immersion. La solution la moins chère pour les mairies ne pouvant financer seules la catastrophe : c’est à dire qu’une crue centennale a résolu la moitié du problème de la décharge en emportant près de 50 000 tonnes de déchets, notamment plastiques, de Beaucens à l’océan.

 

decharge_beaucens-nettoyées

photo de l’antenne Surfrider côte basque

 

En décembre 2014, le plus gros de la décharge de Beaucens a été enlevé mais faute de moyen il reste encore tous les plastiques de moins de 3 cm à enlever. Le processus est encore tout nouveau et doit être encore amélioré. Pour nous, le dossier Beaucens n’est donc pas encore bouclé.

 

 

Décharge de Bordes, Janvier 2016

© PHOTO DAVID LE DÉODIC

 

 

En parallèle, même problème pour la décharge de Bordes (64) qui a eu, elle aussi, ses protections mises à mal. On estime qu’il y aurait dans la décharge entre 6O OOO et 80 000 m3 de déchets plastiques, industriels et de construction. La décharge était publique et a été ouverte en 1950 et fermée en 1998 ( cf.base de données officielle du ministère BASOL). Turboméca, situé juste à quelques pas de la décharge a officiellement eu le droit de l’utiliser pour ses déchets industriels.

 

 

Dans ces deux cas, la difficulté de trouver les financements aggrave la situation en faisant perdre de précieux mois à la mise en place des travaux, laissant ainsi parfois des tonnes de plastiques partir dans la rivière lors de montées des eaux

Chez Pose ta Graine, nous ne souhaitons pas rester en simple spectateur. C’est pourquoi nous mettons en place une série d’actions afin d’obtenir des décisions fortes :

Cela commence par la sensibilisation et l’information des citoyens sans qui nous ne pourrons instaurer les rapports de force nécessaires. Mais nous souhaitons également être porteur de solutions.

Au niveau du citoyen, nous proposons des alternatives concrètes que chacun peut mettre en place dans sa vie afin de réduire son empreinte plastique.

Au niveau politique, nous sommes porteurs d’une proposition qui vise à palier ce problème du financement. A Bordes comme à Beaucens, les communes sont abandonnées à leur sort, obligées de négocier pendant des mois pour mobiliser des fonds (département, région, état), et forcées de geler leurs investissements pendant des années. Cette situation n’est pas acceptable.D’autant plus que les communes en amont des décharges ont leur part de responsabilités du fait d’avoir trop enroché la rivière, ce qui provoque une augmentation de la violence des crues. Et les communes en aval doivent mettre en place des nettoyages de berges coûteux et difficiles chaque année.

Il semble cohérent que chaque commune traversée par un cours d’eau (168 communes pour le gave de Pau) finance, en fonction de ses ressources, un « fond pour la rivière » qui puissent être mobilisé pour répondre à de telles situations d’urgence.

Actuellement, chaque commune a à sa charge l’entretien des berges sur son territoire, ce qui empêche la mise en place d’une politique d’aménagement globale ambitieuse. La principale conséquences de cette politique est l’enrochement excessif des berges qui amplifie la violence des crues et met à mal la biodiversité, alors que des solutions alternatives existent. Plus respectueuses du milieu, elles sont également plus efficaces et moins onéreuses (le génie végétal par exemple).

Nous savons déjà que ces catastrophes vont se reproduire, d’autres décharges menacent déjà le gave, à Jurançon ou à Lescar par exemple. Avec le réchauffement climatique, l’intensité et la fréquence des crues augmentent, nous devons faire en sorte que notre système soit plus réactif.

Ancrée dans l’action directe, l’association Pose ta Graine prépare également des actions concrètes et non violentes, afin de porter haut la voix de la société civile.

Si tu souhaites nous rejoindre pour y participer et être informé, contacte-nous !

Plus d’informations :